IMG_1702A Léon Bonnat. 1833-1922. Le Christ. 1872. Paris Petit Palais (Musée des Beaux de la Ville de Paris)

March 10, 2019 - Comment

IMG_1702A Léon Bonnat. 1833-1922. Le Christ. 1872. Paris Petit Palais (Musée des Beaux de la Ville de Paris) Image by jean louis mazieres Léon Bonnat. 1833-1922. Le Christ. 1872. Paris Petit Palais (Musée des Beaux de la Ville de Paris) L’ART MIROIR DES VALEURS D’UNE SOCIETE (1) L’Histoire de la peinture européenne démontre une vérité

IMG_1702A Léon Bonnat. 1833-1922. Le Christ. 1872. Paris Petit Palais (Musée des Beaux de la Ville de Paris)
survival rule of 3
Image by jean louis mazieres
Léon Bonnat. 1833-1922. Le Christ. 1872. Paris Petit Palais (Musée des Beaux de la Ville de Paris)

L’ART MIROIR DES VALEURS D’UNE SOCIETE (1)

L’Histoire de la peinture européenne démontre une vérité : l’Art est fondamentalement idéologique et politique. L’Art est idéologique c’est à dire qu’il est le reflet, l’expression, du système de valeurs qui façonne une société donnée à une époque donnée. L’Art est politique car ce système de valeurs est toujours imposé par les puissances gouvernantes de l’époque. Ces puissances gouvernantes ne se confondent pas nécessairement avec les chefs politiques au pouvoir. Ce sont des Influences qui débordent souvent le cercle étroit des dirigeants manifestes, les politiciens.
1° L’Art de L’Egypte était clairement le reflet des croyances religieuses de l’époque et du pays.
2° L’art Gréco-Romain est commandé par sa vision d’un monde où l’Harmonie universelle dépend du repect par les Dieux et par les hommes, chacuns à leurs places, des règles qui régissent les grands équilibres naturels.C’est cette croyance en une loi d’Harmonie universelle qui explique l’architecture, la sculpture et la peinture grecque et romaine.
Un des premiers commandements de l’Islam est la condamnation de la représentation de Dieu et son art pictural géométrique et abstrait est le reflet de cette interdiction. Il n’existe pas d’art contre les croyances ou les incroyances des hommes.
Une des grandes guerres civiles dans l’Empire Byzantin a été de savoir si on représenterait ou non Dieu, la Vierge. C’est la crise iconoclaste qui s’achève par la victoire des Images.
3° De 500 à 1500 en Europe l’Art a été presque exclusivement catholique, ou orthodoxe à l’Est. Pendant Mille ans la peinture et la sculpture européenne ont été le résultat de cette idéologie religieuse.
4° Au 15è siècle en Italie apparaîssent de nouveaux thèmes : La religion catholique n’est plus l’unique inspiratrice de la peinture et de la sculpture européenne. La Mythologie et l’Histoire de la Grèce et de Rome fournissent de nouveaux thèmes à l’art européen, qui retrouve les règles stylistiques en vigueur pendant l’Antiquité. Notamment une représentation naturaliste et réaliste du monde.
Le premier acte des protestants dans toute l’Europe a été de détruire les églises et les oeuvres d’art catholiques. De nouvelles valeurs, plus profanes et matérialistes se sont alors mises en place.
5° C’est au 17è siècle aux Pays Bas protestants que devient totalement dominante une peinture d’esprit non religieux, laïque, qui privilégie la représentation de la nature, les natures mortes, de la société du temps, et les portraits. Les représentations religieuses deviennent tout à fait minoritaires dans cet art. 1000 ans de racines catholiques de l’Europe s’effacent. Il en est de même d’ailleurs des motifs de tableaux tirés des autres racines de l’Europe : l’Antiquité gréco-romaine. La peinture des Pays Bas du Nord abandonne totalement au 17è siècle la Mythologie et l’Histoire Gréco-Romaine comme source d’inspiration.
Cette rupture culturelle, très importante dans l’histoire de l’Europe, bien plus que "la Renaissance", sera l’occasion d’un renouvellement tout à fait intéressant de la peinture européenne avec l’apparition ou le développement :
– du paysage comme motif unique des tableaux.Sans aucune allusion religieuse ou mythologique. Les peintres d’églises ne peignent pas non plus des oeuvres religieuses, mais des paysages d’églises.
– de la peinture de moeurs, soit en milieu paysan, soit en milieu bourgeois.
– de la nature morte. Les "vanités" sont une survivance moraliste de la peinture religieuse mais aussi bien souvent l’occasion de célébrer la prospérité du pays et la richesse de ses habitants. Elle sont un miroir d’une société très matérialiste.
– Le portrait est un art très développé. Les personnages des tableaux sont des bourgeois. Différence sensible avec les autres pays européens, la France par exemple..
Cette évolution va gagner l’Europe du sud ou celle germanique et slave, mais beaucoup plus lentement au cours du 18è et du 19è siècle.
Il ne faut pas confondre l’Art Moderne et l’Art Contemporain. Ils ne reflètent pas du tout les mêmes circonstances politiques et idéologiques. La continuité n’est qu’apparente, ou propagande.
L’Art Moderne, de 1850 à 1940-1950, en dates grosses, est le reflet d’une période historique où les idéologies les plus diverses coexistent ou s’affrontent en Europe. C’est ce qui explique l’étonnante diversité et l’esprit de recherche de nouvelles esthétiques qui caractérise cet art. Sauf à partir de 1917 en URSS et de 1930 en Allemagne. Les artistes fuient alors ces régimes.
L’Art Contemporain, en peinture et en sculpture, s’impose dans les cercles officiels, à partir des années 1950. Le monolithisme de cet art du Laid et du Non Sens, la peinture massacrée prédite par Joan Miro, est le reflet du triomphe progressif de l’Idéologie Eclairée du Nouvel Ordre Mondial.

ART, MIRROR OF THE VALUES OF A SOCIETY

The history of European painting shows a truth: Art is fundamentally ideological and political. Art is ideological ie it is the reflection, the expression, of the value system which shapes a society at a given time. Art is political because this system of values is always imposed by the ruling powers of the time. The governing powers do not necessarily overlap with the political leaders in power. These are Influences that often extend beyond the narrow circle of manifest leaders, the politicians.
1° The Art of Ancient Egypt was clearly reflect the religious beliefs of that time and of that country.
2° The Greco-Roman art is driven by its vision of a world where universal Harmony depends on the respect by the gods and men, each in his place, the rules that govern the great natural balances. It is this belief in a universal Harmony law that explains the architecture, sculpture and painting of Greek and Roman
One of the first commandments of Islam, is the condemnation of the representation of God, and his geometric and abstract pictgorial art is the reflection of this prohibition. There is no art against the beliefs or unbelief of men.
A major civil war in the Byzantine Empire has been to know whether, yes or no, the art would represent God, the Virgin …. This is the iconoclastic crisis, which ended with the victory of Images

3° From 500 tou 1500, Art in Europe has been almost exclusively Catholic, or Orthodox in the east. During thousand years painting and European sculpture was the result of this religious ideology.
4° In the 15th century in Italy appear new artistic themes: Catholicism is not the only inspiration for painting and European sculpture. Mythology and history of Greece and Rome provide new themes to European art, which applies to new, stylistic rules applicable during Antiquity. Especially a naturalistic and realistic representation of the world.
The first act of the Protestants in Europe has been to destroy Catholic churches and works of art. New values, more secular and materialistic were then implemented.
5° It’s in the 17th century, in the Netherlands Protestants, that becomes completely dominant non-religious spirit painting, secular, which favors the representation of nature, still life, of the society of the time, and portraits. Religious representations become a minority in this art.
1000 years of Europe’s Catholic roots disappear. It is the same elsewhere of the patterns of paintings, from other roots of Europe: the Greco-Roman Antiquity. The painting of the Northern Low Countries completely abandons, in the 17th century, Mythology and History Greco-Roman as a source of inspiration.
This cultural rupture, very important in the history of Europe, much more than the "Renaissance" will be an opportunity for renewal quite interesting of European painting with the appearance or development:
– The Landscape as unique pattern of the tables. Without any religious or mythological allusion. The painters of churches, nor painted religious works, but churches landscapes.
– Painting of manners, either farm or in bourgeois circles.
– Still life. The "vanities" is a moralistic survival of religious painting but often the occasion to celebrate the prosperity and the wealth of its inhabitants. It is a mirror of a very materialistic society.
– The portrait is a highly developed art. The characters of tables are bourgeois. Significant difference with other European countries, France for example ..
This evolution is going to win Southern Europe or the Germanic and Slavic, but much more slowly during the 18th and 19th century.
We must not confuse the Modern and the Contemporary Art. They do not reflect at all the same political and ideological circumstances. Continuity is only appearance, or propaganda.
Modern Art from 1850 to 1940 to 1950, in large dates, is a reflection of a historical period in which the most diverse ideologies coexist or confront each other in Europe. This is what explains the astonishing diversity and the spirit of seeking the new aesthetics that characterizes this art. Except from 1917 in the USSR, and from 1930 in Germany. Artists then flee these political regimes.
The Contemporary Art in painting and sculpture, is essential from 1950. The monolithic of this art of the Ugly and Non Sense, the massacred painting predicted by Joan Miro, is a reflection of the progressive triumph of the Enlightened Ideology of the New World Order.

Comments

Leave a Reply